On a aimé

Ce n'est pas parce qu'on est une maison d'édition qu'on ne regarde pas ce que font les autres. Au contraire, si on fait ce métier, c'est qu'on aime les livre. Nous avons décidé de vous présenter de temps en temps les livres que nous aimons. Nous ne voulons toutefois pas risquer de compromettre le plaisir du lecteur en lui racontant d'avance toute l'histoire. Ce ne serait pas correcte. Et puis, savoir qui est est qui, qui va rencontrer qui et faire quoi avant de lire le livre, nous ne trouvons pas cela très intéressant. D’abord, parce que le dire risque de priver le lecteur du plaisir de le découvrir lui-même. Ensuite, parce que ça ne l’aidera pas à savoir si ce livre est éventuellement pour lui. Nous préférons donc parler du genre, de la manière dont le roman est écrit, dire si c’est plutôt de l’action ou une histoire contemplative, évoquer les thèmes abordés, les questions posées. Bref parler de choses qui pourront être utiles. Aider le lecteur à savoir si le livre est susceptible de lui plaire.

  • On a aimé

    4 3 2 1 – Paul Auster

    4 3 2 1, le dernier roman très médiatisé de Paul Auster. J’ai lu, il y a longtemps, « Trilogie newyorkaise ». Rien compris. J’ai fini le livre péniblement et n’ai plus jamais eu envie de lire cet auteur. J’avoue, c’était il y a fort fort longtemps. Mais le sentiment de ma propre bêtise reste encore gravé dans ma chair. Hasard de lecture? Quand un livre nous choisit À la sortie de 4 3 2 1, mon compagnon qui, lui, est un inconditionnel de l’auteur, se met à le lire. De mon côté, j’étais en pleine initiation à la lecture en anglais. Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’apprécie…

  • On a aimé

    Lignes de faille – Nancy Huston

    Lignes de faille est l’un de mes romans contemporains préférés. Écrit par Nancy Huston, que j’ai déjà mentionné dans d’autres articles (dans l’article : « Plaidoyer pour la fiction notamment). Écrivaine franco-canadienne, née au Canada dans les années 50.  Elle est, parmi les auteurs contemporains, une de celles que je trouve la plus intéressante. Passionnée, engagée et en même temps humble. Elle ne prétend rien. Fait preuve, avec beaucoup d’intelligence, d’une authenticité devenue, à mon sens, trop rare dans la littérature française. Lignes de faille a été publié pour la première fois en 2006. Ce n’est pas un long roman, un peu plus de 370 pages aux éditions J’ai Lu. Une…

  • La Dame en blanc
    On a aimé

    La Dame en blanc – Wilkie Collins

    La Dame en blanc fait partie du peu de romans que j’ai relu plusieurs fois. Généralement je préfère les nouvelles découvertes, mais je n’ai pas pu résister à l’envie de relire ce livre qui m’avait laissé il y a plusieurs années une forte impression. Je vous ai déjà parlé de Wilkie Collins dans l’article sur son autre roman : Sans nom. J’aime beaucoup cet auteur et je regrette vraiment qu’il ne soit pas plus connu aujourd’hui. La Dame en blanc est un long roman 848 pages chez Archipoche. Publié d’abord en feuilletons dans le journal de Charles Dickens, entre novembre 1859 et octobre 1860, et rencontrera un vif succès. Pour la petite…

  • Le Moulin sur la Floss
    On a aimé

    Le Moulin sur la Floss – George Eliot

    Le Moulin sur la Floss a été publié pour la première fois en 1860. Époque où le romantisme anglais se développe. Et dont le roman relève en partie, même s’il est probablement plus réaliste que romantique. C’est un roman relativement long (697 pages chez folio classique). Le récit se déroule dans l’Angleterre rurale du XIXème siècle. Histoire de famille, fresque sociale, roman psychologique, le Moulin sur la Floss, est riche. L’histoire C’est l’histoire de Maggie qui, on le comprend dès le début, est différente. Elle a l’esprit vif et, on pourrait dire, qu’elle est légèrement en avance sur son temps. Son impulsivité, son besoin d’émancipation mais aussi sa curiosité, la rendent…

  • Jude l'Obscur
    On a aimé

    Jude l’Obscur – Thomas Hardy

    Jude l’obscur est publié en 1895. Ecrit par Thomas Hardy. Un auteur malheureusement un peu méconnu aujourd’hui, ce qui est d’autant plus étonnant que plusieurs de ses œuvres, dont Jude l’Obscur, ont été adaptées au cinéma. Pour la petite histoire, il est initialement paru sous forme de feuilletons. À sa sortie, il fait scandale et sera même brûlé en public. C’est le roman le plus sombre de Thomas Hardy, et aussi son dernier. L’histoire Un roman troublant. Sombre et triste. Mais aussi romantique et surtout très émouvant. Une magnifique histoire d’amour mais aussi une grande histoire sociale. Bien qu’il ait donné son titre au livre, Jude l’Obscur n’est pas seulement…

  • Melmoth
    On a aimé

    Melmoth – Charles Robert Maturin

    Melmoth, publié en 1820 est un grand roman, généralement comparé à Faust de Goethe. Malgré le succès qu’il aura au 19ème (et même au début du 20ème) et son influence sur de nombreux auteurs demeurés célèbres aujourd’hui (Balzac notamment), il n’a malheureusement pas traversé la culture populaire (mais nous pouvons toujours faire changer les choses). Le roman est très long, 807 pages chez Libretto. C’est l’histoire d’une âme damnée, celle de Melmoth. Une histoire qui n’est pas de celles qu’on résume. Les huit cent pages du roman défilent facilement. Il y a peut-être juste quelques passages un peu plus longs ou lents au milieu du roman, mais qui n’enlèvent rien…

  • La vraie vie de Sebastian Knight
    On a aimé

    La vraie vie de Sebastian Knight – Vladimir Nabokov

    La vraie vie de Sebastian Knight est un court roman (309 pages chez folio) écrit par Vladimir Nabokov en 1941. Malheureusement moins connu que Lolita, roman auquel on pense directement quand on parle de cet auteur. Un roman court donc, mais un très grand roman. Et relativement facile à lire, ce qui, évidemment, n’enlève rien à sa qualité, que du contraire. En effet, si La vraie vie de Sebastian Knight se lit facilement, il n’en reste pas moins que le style, les images, les associations de mots demeurent particulièrement savoureuses. Et elles sont d’ailleurs parfois plus compliquées qu’elles n’y paraissent. Elles ont toutefois l’avantage de ne jamais ralentir ni appesantir…

  • Sans nom - Wilkie Collins
    On a aimé

    Sans nom – Wilkie Collins

    Sans nom, publié en 1862 est un gros roman, 829 pages aux éditions Phébus libretto. Wilkie Collins est un écrivain britannique de l’époque victorienne, contemporain et ami de Dickens (ils ont même écrit un livre ensemble). Généralement considéré comme le père du roman policier quoique malheureusement trop méconnu. Si Wilkie Collins était en effet aussi populaire que Dickens à l’époque victorienne, il est aujourd’hui moins connu que son ami. Un des grands mystères de la postérité. Il semblerait que Sans nom soit, parmi les romans de Wilkie Collins, celui que préférait Dickens. L’histoire Un début un peu lent J’ai trouvé les deux cent premières pages assez longues. Wilkie Collins nous dépeint…

  • Bellefleur
    On a aimé

    Bellefleur – Joyce Carol Oates

    Bellefleur, roman écrit par Joyce Carol Oates en 1981 est un pavé : 971 pages chez Poche. Un roman compliqué et intriguant. Joyce Carol Oates explique souvent que ce roman a été pour elle une expérience compliquée. Difficile. Quand elle en parle on sent le tourment qui l’anime encore. Il l’a littéralement possédée. Et elle n’hésite pas à le qualifier elle-même de « monstre ». On ne peut que la croire à la lecture de Bellefleur. L’histoire Je ne me risquerai pas à tenter de vous résumer cette saga familiale. La seule chose qui puisse être dite de l’intrigue, c’est que nous suivons, de manière décousue les nombreux membres de la famille Bellefleur…

  • Villette
    On a aimé

    Villette – Charlotte Brontë

    Villette, publié en 1853, est moins connu que Jane Eyre. Chose étrange s’il en est, tant ce roman me semble sinon le surpasser, à tout le moins l’égaler. En ce qui me concerne, j’ai largement préféré Villette à Jane Eyre. Le roman est assez long (710 pages chez Archipoche). Cependant, si vous aimez ce genre d’histoire, nul doute que vous le trouviez trop court. L’histoire Villette est le nom d’un village francophone généralement assimilé à Bruxelles, où Lucy Snowe échoue après quelques pérégrinations familiales. Lucy Snowe est une jeune anglaise qui ne parle pas un mot de français et qui parvient à se faire engager dans un pensionnat de jeunes…