• Editions Névrosée

    L’équipe

    L’équipe des éditions Névrosée se compose actuellement de trois personnes. Ben oui, vous le savez, ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité 😉 Et, parce que c’est toujours plus agréable de mettre des visages sur un logo, nous avons décidé de nous présenter. En attendant d’avoir l’occasion de vous croiser, à un salon ou une rencontre. Sylvie Rapoport – Directrice des éditions, responsable du travail éditorial et de la sélection littéraire. Egalement responsable des collections jeunesse. Passionnée de musique et de théâtre. Maman de deux enfants, Sylvie a à cœur de transmettre sa passion de l’art aux plus jeunes. Sylvie est la conteuse, et d’une certaine manière,…

  • Editions Névrosée

    Catalogue

    A nos membres fantôme Sara Dombret Résumé : Catherine, la famille, c’est pas trop son truc. Architecte, célibataire. Une vie bien ordonnée. Elle n’aime pas trop être dérangée. Pas de chance, son cousin Emeric a décidé de s’en mêler. Il prétend avoir besoin d’un architecte pour rénover la maison familiale où il habite avec sa mère. Même si Catherine n’a aucune envie de gérer leur chantier, elle va devoir s’en charger. A l’occasion des travaux, elle découvre une cave. Trop petite. Et la photo d’une femme qui porte une étrange tache de naissance. Les secrets sont faits pour être découverts. Parce que la famille, c’est comme un membre amputé qu’on…

  • Névrosée
    Editions Névrosée

    Une maison d’édition moderne ? Les éditions Névrosée

    L’édition. Il faut s’y mettre quand on décide de s’auto-éditer. En tant qu’auteur, c’est le choix qu’a fait Sara. Beaucoup pensent ou proclament que les auteurs auto-édités sont des auteurs médiocres, dont l’édition, comme on dit « traditionnelle » n’a pas voulu. L’auto-édition serait, pour ces malheureux auteurs, un pis-aller, un plan B. Inutile de vous dire que ce n’est pas le cas. Les clichés ont la vie dure. Sara a décidé d’opter pour l’auto-édition pour deux raisons : (1) ne rien céder de son indépendance et (2) par souci d’écologie. Inutile de vous dépeindre le sort d’un auteur qui écrit son premier roman. Le simple fait d’être reçu par une maison…

  • Collections,  Editions Névrosée

    Femmes de lettres oubliées : un complot littéraire ?

    Femmes de lettres oubliées ? Vous y aviez déjà pensé ? Il y a quelques semaines, lors d’une rencontre littéraire à la librairie La Licorne avec Nathalie Stalmans, auteure du roman « Si j’avais des ailes », qui raconte le passage de Charlotte Brontë à Bruxelles, une question est posée : pourquoi y-a-t-il eu tant de femmes écrivains en Angleterre au XIXème et si peu en France ? Pas vraiment de réponse. La question nous trotte dans la tête et en soulève un tas d’autres. N’y a-t-il pas eu de femmes écrivains au XIXème ? Ou y en a-t-il eu mais étaient-elles à ce point médiocres qu’elles n’ont pas mérité d’entrer dans…

  • Sara Dombret

    Mon style? Qu’est-ce qu’il a mon style? J’ai un style moi ?

    Mon style? Oui, je vais vous parler de mon style. Un écrivain, c’est comme ça, c’est un peu nombriliste. Voilà plus d’un mois qu’A nos membres fantômes est sorti. J’ai donc reçu l’avis de plusieurs lecteurs et Amélit m’a même fait l’honneur de parler de mon livre dans un de ses points lectures (je la remercie chaleureusement d’ailleurs). Je suis très étonnée d’entendre ou de lire que j’ai un style particulier. Il parait même que « c’est un peu déstabilisant au début mais qu’après on s’y fait ». Ouf, on s’y fait. Je ne m’étais rendue compte de rien. J’ai écrit mon histoire ou plutôt, j’ai retranscrit ce qu’une voix…

  • On a aimé

    4 3 2 1 – Paul Auster

    4 3 2 1, le dernier roman très médiatisé de Paul Auster. J’ai lu, il y a longtemps, « Trilogie newyorkaise ». Rien compris. J’ai fini le livre péniblement et n’ai plus jamais eu envie de lire cet auteur. J’avoue, c’était il y a fort fort longtemps. Mais le sentiment de ma propre bêtise reste encore gravé dans ma chair. Hasard de lecture? Quand un livre nous choisit À la sortie de 4 3 2 1, mon compagnon qui, lui, est un inconditionnel de l’auteur, se met à le lire. De mon côté, j’étais en pleine initiation à la lecture en anglais. Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’apprécie…

  • La lecture en pratique

    La littérature complexe : foutaises et compagnie

    La littérature complexe. J’ai entendu ce terme récemment dans une émission radio qu’au demeurant j’apprécie. L’émission parlait du « recul de la littérature complexe ». Je me demande si je dois rire ou pleurer. Je suppose que, comme pleurer ne sert à rien, il vaut mieux rire. Ça n’empêche pas de pousser un petit coup de gueule. Je ne suis pas la première à le faire. Un auteur bien plus prestigieux et célèbre que ma pauvre personne, Bernard Werber a piqué le sien dans un article paru dans le Figaro : plaidoyer pour une autre littérature. Et si, apparemment, ça ne semble pas faire bouger les choses, ça fait plaisir à…

  • On a aimé

    Lignes de faille – Nancy Huston

    Lignes de faille est l’un de mes romans contemporains préférés. Écrit par Nancy Huston, que j’ai déjà mentionné dans d’autres articles (dans l’article : « Plaidoyer pour la fiction notamment). Écrivaine franco-canadienne, née au Canada dans les années 50.  Elle est, parmi les auteurs contemporains, une de celles que je trouve la plus intéressante. Passionnée, engagée et en même temps humble. Elle ne prétend rien. Fait preuve, avec beaucoup d’intelligence, d’une authenticité devenue, à mon sens, trop rare dans la littérature française. Lignes de faille a été publié pour la première fois en 2006. Ce n’est pas un long roman, un peu plus de 370 pages aux éditions J’ai Lu. Une…

  • La Dame en blanc
    On a aimé

    La Dame en blanc – Wilkie Collins

    La Dame en blanc fait partie du peu de romans que j’ai relu plusieurs fois. Généralement je préfère les nouvelles découvertes, mais je n’ai pas pu résister à l’envie de relire ce livre qui m’avait laissé il y a plusieurs années une forte impression. Je vous ai déjà parlé de Wilkie Collins dans l’article sur son autre roman : Sans nom. J’aime beaucoup cet auteur et je regrette vraiment qu’il ne soit pas plus connu aujourd’hui. La Dame en blanc est un long roman 848 pages chez Archipoche. Publié d’abord en feuilletons dans le journal de Charles Dickens, entre novembre 1859 et octobre 1860, et rencontrera un vif succès. Pour la petite…

  • Le Moulin sur la Floss
    On a aimé

    Le Moulin sur la Floss – George Eliot

    Le Moulin sur la Floss a été publié pour la première fois en 1860. Époque où le romantisme anglais se développe. Et dont le roman relève en partie, même s’il est probablement plus réaliste que romantique. C’est un roman relativement long (697 pages chez folio classique). Le récit se déroule dans l’Angleterre rurale du XIXème siècle. Histoire de famille, fresque sociale, roman psychologique, le Moulin sur la Floss, est riche. L’histoire C’est l’histoire de Maggie qui, on le comprend dès le début, est différente. Elle a l’esprit vif et, on pourrait dire, qu’elle est légèrement en avance sur son temps. Son impulsivité, son besoin d’émancipation mais aussi sa curiosité, la rendent…