A nos membres fantômes
À nos membres fantômes,  Sara Dombret

À nos membres fantômes : Synopsis et publication

À nos membres fantômes est le titre de mon roman. Roman que je terminais ce 5 janvier 2019, à 14h.

La photo que vous voyez mise ici en avant pour illustrer mon article est la photo d’un merveilleux photographe belge : Norbert Ghisoland, encore un artiste méconnu, et c’est dommage. Je vous invite à aller voir ses photos, on en trouve beaucoup sur Internet, ça vaut le détour. Comme me l’a fait remarquer son petit-fils, il était injuste de ma part de ne pas l’avoir mentionné, d’autant que je l’admire beaucoup.

La fin d’une aventure, le début d’une autre …

L’impression est étrange. Certes. Terminer un projet qui vous suit depuis si longtemps procure de la joie, mais c’est une joie mélangée. Un peu triste. Peut-être comparable à un « baby blues », je ne sais pas.

Peut-être parce que notre histoire est presque finie, mais aussi à cause de tout ce que j’ai l’impression de ne pas avoir pu accomplir. En cours de projet, il faut faire son deuil de certaines idées, de certaines phrases voir de certains chapitres entiers, pour le bien du projet qui seul compte. Sur le moment, pris dans le roman on ne s’en rend pas tellement compte. Mais quand on décide que c’est fini, toutes ces choses restent avec vous sur le quai de la gare pour regarder le roman prendre sa route. On regrette à la fois de voir partir son compagnon mais aussi de le voir abandonner certaines valises qui restent à vos côtés.

J’ai terminé mon roman, je ne vais tout de même pas déprimer. Hop hop hop, on se reprend.

Et puis quand je dis que j’ai terminé, c’est un grand mot. Il y a encore un travail d’édition à faire, c’est certain.

À nos membres fantômes : synopsis

Le genre

Si vous êtes un peu familiarisé avec ce site, vous devez commencer à connaître ou en tout cas à deviner mon univers.

Donc, si vous avez lu mon article sur le romantisme anglais, vous vous doutez qu’ « À nos membres fantômes » est une histoire. Pas de la poésie ni une sorte d’analyse comtemplative et encore moins de la littérature performative.

Parce que, comme je l’ai déjà expliqué, j’aime bien les histoires.

Concernant le genre, vous vous doutez également que vu ma sensibilité pour le gothique, j’envisage ‘ »À nos membres fantômes » comme un roman gothique moderne.

C’est à dire une histoire qui n’est ancrée ni tout à fait dans le réel ni tout à fait dans le fantastique. Une histoire qui tente de se tenir en équilibre à la frontière du surnaturel, de l’inexplicable.

L’histoire

Vous ne trouverez donc aucun personnage fantastique, ni dragon ni licorne, ni super héros en pyjama. Le personnage principal d' »A nos membres fantômes« , Catherine, est une femme tout à fait « normale ». C’est à dire qu’elle n’a rien d’une extraterrestre.

A nos membres fantômes

À propos du titre

« À nos membres fantômes » fait une allusion intéressante à ce phénomène intriguant du membre amputé que l’on continue néanmoins à ressentir.

A nos membres fantômes

Il ne s’agit bien entendu pas ici d’amputation. Dans mon titre, les membres visent évidemment la famille. Qui, comme notre corps se compose de membres. Je trouve la comparaison intéressante, à cause de la question qu’elle soulève. Peut-on transposer le phénomène du membre fantôme à la famille? Question qui m’accompagne depuis le début de l’écriture de ce livre.

Un autre élément que je trouve intéressant avec ce titre, c’est qu’il montre qu’un même mot peut avoir des sens différents. Qu’il peut donc être manipulé. Instrument de pouvoir ou de malentendu.

Découvrez « À nos membres fantômes »

Vous pouvez découvrir gratuitement les premiers épisodes sur la plateforme Read&Rate dont je vous ai parlé dans un autre article.

Sinon, vous le trouverez à La Librairie La Licorne à Uccle que je remercie vivement pour son soutien. Vous pouvez également le commander sur Internet via les liens ci-dessous :

2 commentaires

  • Marc Ghuisoland

    Bonjour, je constate avec plaisir que vous utilisez une photo faite par mon grand-père, le photographe Norbert Ghisoland, en guise d’illustration de votre article consacré à « A nos membres fantômes ». Les photos sont libres de droit et c’est bien ainsi, mais je trouve que vous pourriez donner le nom du photographe en regard de cette image. Je pense que ce serait élégant de le faire encore maintenant…. Merci en tous cas pour votre écoute,
    Marc Ghuisoland

    • Névrosée

      Je vois seulement votre poste, je débute avec toutes ces choses électroniques, vous avez tout à fait raison, je corrige ça de suite.
      Je profite pour vous dire que je suis une grande fan de votre grand-père. J’aimerai qu’il soit plus connu!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *