Romantisme anglais
Genres littéraires

Romantisme anglais

Le romantisme anglais qui se développe de 1789 à 1837 est en réalité un mouvement presqu’exclusivement poétique.

Les défenseurs du romantisme à cette époque estimaient généralement que la poésie seule était apte à porter leur projet.

Je ne vous parlerai toutefois pas ici de poésie. Bien que les œuvres poétiques des romantiques anglais soient considérables.

Considérations personnelles sur la poésie

Je suis en effet une adepte des histoires. J’ai besoin qu’on m’en raconte et c’est pour ça que j’en raconte moi-même.

Vous me répondrez peut-être qu’à sa manière, la poésie raconte des histoires.

Evidemment. Tout dépendant de ce qu’on entend par « histoire ».

Si dans un roman j’aime à me faire surprendre par un style, la beauté d’une phrase, ou des verbes atypiques, dans l’ensemble, j’ai besoin d’oublier complètement que je suis occupée de lire un livre. De me retrouver au plus près des personnages, à leurs côtés, m’y confondre presque et vivre leurs aventures.

Il s’agit certainement pour certains d’une lecture « facile ». Il est vrai que je ne suis pas particulièrement sensible à la beauté du verbe pour elle-même et aux phrases qu’il faut parfois relire plusieurs fois pour en comprendre (ou pas) le sens.

Une lecture plus facile, peut-être. Je n’ouvre pas un livre pour faire volontairement une étude intellectuelle de telle ou telle chose. J’ouvre un livre pour lire une histoire qui, incidemment me fera peut-être, et plus que certainement si c’est un bon livre, m’interroger sur ces mêmes choses.

Il s’agit donc de deux choses différentes, mais qui selon moi se valent. En effet, comme je le disais dans mon article sur la fiction, les histoires qui m’emportent m’humanisent autant qu’une réflexion laborieuse sur des mots le sens de l’association semble toujours m’échapper.

Donc, mea maxima culpa, je ne suis pas particulièrement sensible à la poésie. Evidemment, les choses ne sont jamais si tranchées et il m’arrive bien entendu d’être profondément touchée par la poésie malgré tout.

Je n’y suis toutefois pas portée naturellement. Chacun sa sensibilité.

Donc ce qui m’intéresse dans le romantisme anglais ce sont les romans.

Le romantisme anglais et le roman

Il faut rappeler que l’intérêt pour le roman en Angleterre ne se développe véritablement qu’à l’ère victorienne. Après la période romantique proprement dite.

Peut-être une autre raison qui explique que la période romantique se caractérise surtout par la poésie

Il y eut pourtant des romans écrits durant cette période. Romans qui généralement étant donné les affinités entre le romantisme et le gothique mêlent parfois les deux genres.

C’est le cas du roman d’Ann Radcliffe, Les Mystère d’Udolphe, roman gothique par excellence, écrit durant cette période et que l’on considère comme précurseur du romantisme.

On retient toutefois encore parmi les romanciers de la période romantique :

Romantisme anglais
  • Sir Walter Scott ;
  • Jane Austen qui bien qu’ayant vécu durant cette période se situe toutefois en dehors du romantisme par son réalisme. Réalisme qui annonce d’ailleurs l’ère victorienne (1837-1901) durant laquelle le romantisme cèdera la place au réalisme (avec des sujets notamment centrés autour de l’étude des mœurs et des relations sociales) 
  • Mary Shelly qui se rapproche, elle, fortement du roman gothique

Pour le reste, il semble que le romantisme se soit affirmé dans le roman bien après la période romantique. Notamment avec les œuvres des sœurs Brontë.  Œuvres dans lesquelles l’influence gothique se fait également sentir. Particulièrement dans La Dame du manoir de Wildfell Hall d’Anne Brontë et dans les Hauts de Hurlevents d’Emily Brontë.

Le romantisme et le gothique

Les romantiques ont été largement influencés par le genre gothique.

Il faut dire que les deux genres partagent beaucoup de leurs caractéristiques.

Tout deux s’opposent à la raison au profit de l’intuition, de la passion, avec un goût marqué pour le passé, la nature et une certaine forme d’exotisme.

L’idée étant que l’obscurité peut être aussi aveuglante que la lumière. Et que la vérité ne se trouve pas toujours bien éclairée par des lampadaires.

Les deux genres assument dès lors un goût pour le mystérieux et l’inexplicable.

On trouve également dans le romantisme, comme dans le gothique, une revalorisation de l’imagination. De son pouvoir et de son importance.

Parce que nous devons créer notre propre rapport au monde, et que cette tâche ne se conçoit pas sans l’imagination.

Comme vous le constatez, on retrouve presque tous les éléments ru roman gothique dans le romantisme. 

Ce qui distingue les deux genres, c’est principalement la manière dont ils vont mettre en scène ces éléments. 

Ils expriment l’un et l’autre le mystère d’une manière sensiblement différente.

Le gothique optera pour une ambiance inquiétante là où le romantisme préférera la nature. Et, quoique les deux styles jouent sur l’atmosphère, elle sera généralement moins inquiétante, plus paisible dans le romantisme.

En guise de conclusion

Pour conclure, je dirais que le romantisme anglais nous rappelle qu’on a beau tenter de nous simplifier la vie en essayant de l’enfermer dans des cases, elle finit toujours pas en déborder.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *