Le roman gothique
Genres littéraires

Roman gothique – Apologie du mystère

Connaissez-vous le roman gothique ?

Un genre littéraire qui apparait en Angleterre dans la deuxième moitié du 18ème siècle.

Ce qui caractérise le roman gothique, c’est une ambiance. Une atmosphère angoissante, inquiétante, et en même temps, de façon relativement inexplicable, réconciliante.

Le roman gothique

Associez des ruines, des âmes tourmentées, des chateaux hantés, des lieux abandonnés, des labyrinthes angoissants, des passages secrets, des phénomènes à la frontière du surnaturel ou du mystique et vous aurez les principaux ingrédients du roman gothique.

La plupart des romans gothiques (à l’époque) ont été écrits par des femmes. Ils ont rencontré beaucoup de succès mais ont souvent été décriés par la critique, que ce soit en Angleterre ou en France.

Le roman gothique et le mystère

Le roman gothique assume des émotions mêlées, contradictoires, chaotiques qui hantent les hommes. Lutte contre cet ordre créé par l’homme qui prétend tout expliquer. Un ordre factice qui n’a rien à voir avec la vie.

Et parce qu’il reconnait qu’on ne peut pas tout expliquer, il assume le mystère qui entoure voire englobe nos vies.

En effet, percer le mystère des choses c’est l’anéantir. Or, tout n’est pas rationnellement explicable. Le mystère est partout. Aussi loin que nous irons, il ne sera jamais vaincu. Il dominera toujours nos vies et fécondera toujours nos angoisses.

Or, si le mystère est responsable de nos angoisses, c’est aussi lui qui rend possible l’émerveillement. Contrairement au rationalisme qui désenchante.

De cette manière, le roman gothique dénonce les illusions et les mensonges qu’engendre la vanité de l’homme. À commencer par celle qui consiste à penser ou croire que l’homme peut tout.

Illusions qui, quand je vois ce qu’elles justifient aujourd’hui, m’angoissent bien plus profondément que n’importe quel roman gothique.

Une angoisse réconciliante

L’angoisse provoquée par le roman gothique est ce que j’appelle une angoisse réconciliante. Parce que c’est une angoisse qui reflète nos propres angoisses existentielles, sans les juger.

En intégrant ce que la vie a d’angoissant, le roman gothique reconnait son existence fondamentale. Ne tente pas de la nier. Il reconnait en cela, contrairement aux rationalistes, que nous sommes incapables de dépasser cette angoisse. Parce qu’elle fait partie de la vie.

Finalement, le roman gothique remet humblement au cœur de l’homme la peur, les angoisses et les ténèbres.

Il réhabilite ainsi la vie dans ce qu’elle a d’incompréhensible. De ténébreux de sombre, d’angoissant et d’inquiétant. Mais aussi de mystérieux et donc de merveilleux.

Le roman gothique s’oppose à une conception manichéenne du monde qui voudrait que le monde se divise entre le bien, le propre, le lisse, l’harmonie qui se déploierait toujours en pleine lumière et le mal, le sale, l’irrégulier, le chaos qui se dissimulerait nécessairement dans les ténèbres.

Il rend à la vie toute sa complexité. Toute sa nuance. Réconcilie le rêve et l’angoisse.

Un passé qui hante les murs

Tout roman gothique entretient un rapport particulier au passé.

À la lecture d’un roman gothique, on ne peut s’empêcher de ressentir que le passé hante les murs, les objets, l’air, les gens et peut-être même leurs gènes.

Comme si le temps n’existait pas et que les expériences s’accumulaient dans les choses.

Un passé qui se révèle souvent sous forme de secrets, ce qui rajoute du suspense à l’ambiance et vous empêche définitivement de lâcher le roman. Roman qui se met littéralement à vous hanter.

Le roman gothique et le sublime

Contrairement à d’autres genres littéraires du même style, le roman gothique est élégant. Il ne s’agit pas de vous terroriser pour vous terroriser. De vous montrer des monstres effrayants qui, finalement n’ont absolument rien d’effrayant. Il ne s’agit pas non plus de faire gicler le sang ni de décrire des scènes de torture ou de morts atroces.

Gracieux par sa subtilité. Parce qu’il ne fait que suggérer. Le roman gothique n’est jamais vulgaire.

C’est là toute la force littéraire du roman gothique. En flirtant avec le sublime, il nous rappelle tout ce que l’ombre, l’irrégulier, l’irrationnel, en d’autres termes l’humain, peuvent avoir de beau et d’esthétique. Qu’il peut y avoir de la beauté dans les ténèbres. Et que peut-être, c’est là que réside la vie, puisque, nous ne pouvons jamais totalement ni la comprendre ni l’appréhender, et encore moins l’enfermer dans la lumière de nos encyclopédies ou de nos dictionnaires.

Le roman gothique et le féminisme

Le roman gothique est souvent associé à une héroïne faible, sensible, victime de ses bourreaux. Femme passive.

Si l’héroïne des Mystères d’Udolphe répond partiellement à cette description, elle va tout de même au bout de sa quête et se montre capable de surmonter quantité d’aventures.

Par ailleurs, parmi les romans ultérieurs largement inspirés du roman gothique, bon nombre sont aujourd’hui qualifiés de « féministes ». C’est le cas de la Dame du manoir de Wildfell Hall, considéré comme le premier roman féministe. Ou encore de Mauprat de George Sand.

Comme je l’indiquais dans l’article sur la Dame du manoir de Wildfell Hall, il ne s’agit pas du féminisme tel qu’on le connait aujourd’hui. Et ces œuvres, si on ne les replace pas dans leur contexte ne nous semblent rien avoir de révolutionnaire.

J’aime voir un soupçon de féminisme dans le roman gothique. Et je n’imagine pas aujourd’hui mon « roman gothique idéal » sans cette caractéristique.

Un genre disparu qui pourrait renaître de ses cendres

Ce genre littéraire a disparu. Il continue toutefois d’infuser et un jour peut-être renaîtra-t-il de ses cendres sous une forme plus moderne. C’est tout ce que je souhaite personnellement.

Pourquoi ? Parce que le roman gothique, c’est une apologie de la vie. Ce qui en fait un genre plus intéressant que n’importe quel autre genre littéraire.

Plus suggestif que la science-fiction puisqu’il ne fait que suggérer le surnaturel sans jamais prendre totalement parti. Laissant le lecteur libre de choisir ce qu’il décide de croire.

Plus élégant que les romans d’horreur, puisqu’il ne se contente pas de faire gicler du sang par-ci par-là. Il ne se se contente pas de scènes qui, en étant trop explicites manquent d’une part d’élégance voire d’esthétique et qui, d’autre part, limitent l’imaginaire du lecteur, limitent son propre pouvoir ou rôle créatif dans la lecture.

Plus mystérieux que le roman policier puisque contrairement à lui, il ne prétend pas tout résoudre. Le mystère faisant partie intégrante du genre. Comme il fait partie intégrante de la vie.

Plus passionnant que la littérature dite blanche par l’importance qu’il accorde à l’intrigue et à l’imaginaire qu’il utilise pour la construire.

Quelques romans

Romans gothiques

Romans influencés par les romans gothiques

Considérations personnelles

J’ai probablement une vision idéalisée du roman gothique.

Je le considère dans tout ce que j’aimerais qu’il soit, avec des exigences de modernité qui évidemment ne peuvent être remplies par des romans d’une autre époque.

Je suppose que c’est la raison pour laquelle aucun roman qualifié de gothique ne m’a jamais vraiment totalement convaincue.

En outre, les romans gothiques du 18ème privilégient peut-être la forme intéressante que leur offrait le style gothique au détriment du fond. Ce qui, naturellement, a tendance à déforcer le roman.

Il n’en reste pas moins que le roman gothique inspire toute mon écriture.

J’ai été plus convaincue par des romans influencés par le genre et plus particulièrement par les romans de Wilkie Collins, la Dame en blanc et Secret absolu, ou encore par les romans des soeurs Brontë, La Dame du manoir de Wildfell Hall et Les Hauts de Hurlevents.

J’ai apprécié d’autres romans influencés par le genre gothique, mais pour d’autres raisons. Mais je n’y ai pas retrouvé cette atmosphère gothique qui me séduit tant.

Il n’y a, selon moi, que les romans de Wilkie Collins et des soeurs Brontë qui aient réussi à exploiter tout ce que ce genre pouvait avoir de passionnant, sans négliger le fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *