Collection Femmes de lettres oubliées

Jeanne de Vietinghoff

Jeanne de Vietinghoff

Jeanne de Vietinghoff (1875-1926) est née à Bruxelles.

Moraliste et mystique, elle écrit quatre essais et un roman. Son œuvre est à la fois optimiste et pessimiste. Elle pousse à oser être soi, tout en reconnaissant la part de souffrances et de déceptions que cette audace peut engendrer.

Amie de la mère de Marguerite Yourcenar, qui meurt à sa naissance, Jeanne sera très proche de Marguerite ainsi que de son père, dont elle aurait été la maîtresse.

Elle fût un modèle pour Marguerite qui utilisera ses traits dans plusieurs de ses romans.

Titre(s) réédité(s)

L’intelligence du bien (1915)
L'intelligence du bien - Jeanne de Vietinghoff

L’intelligence du bien paraît pendant la première guerre mondiale. C’est un essai qui invite à la transgression, au doute, à la remise en question et au dépassement des déceptions.

Jeanne de Vietinghoff analyse une série de concepts à travers lesquels elle fait part au lecteur de ses réflexions quant à la meilleure et peut-être la seule manière possible de vivre.

On y retrouve une série d’éléments de développement personnel, avec toutefois plus de nuances, de subtilité et de réalisme. Elle ne nous invite en effet pas au bonheur qui n’est peut-être qu’un mot creux, mais à être soi. Elle évite ainsi une vision manichéenne et simpliste de la vie et du bonheur, reconnaissant qu’une vie exempte de souffrances est impossible et que ce n’est probablement pas le but à poursuivre.

Première édition :
Date de réédition :
Nombre de pages :
Prix :
1915
Novembre 2019
158
14€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *